Les Grenadines

Une petite escale, pour sortir de St Vincent, à Béquia (prononcé Béqoué !). Juste une nuit sans descendre, nous y reviendrons plus tard !

Puis c’est route vers les Tobagos Cays !

Vent force 5 à 6 et houle de 1.50 à 2.00 m pour faire ces 25 miles. Ça déménage et Kéjadenn se fait plaisir avec des pointes à 7,5 nœuds ! Ça faisait longtemps que cela ne lui était pas arrivé. L’arrivée dans les Tobagos Cays n’est pas simple car il y a beaucoup de récifs de coraux (c’est justement pour ça qu’on y va !) et avec le vent et les vagues ils n’apparaissent que par des déferlantes marquant les cailloux ! On doit être précis dans les approches et c’est avec le moteur en appui qu’on arrive au mouillage. Un première bouée est prise, puis nous nous mettons sur notre ancre dans un endroit un peu plus abrité et moins rouleur (ou presque !)

Quelques plongées (snorkeling ou palmes masque et tuba en français !), dont je vous mets les premières images. Ce sont des photos prises par Christine ou Patrick car notre appareil étanche est irrémédiablement hors service. Un nouveau est commandé et devrait nous rejoindre en Martinique début mars !

Le vent est toujours très fort en ce moment et nous déménageons pour aller sur Mayreau (à peine une heure de navigation, sans trop de “cailloux” !). Visite du bourg et petites plongées sur la pointe à “côté” du mouillage. Il y a même une épave sous 4 à 5 mètres d’eau …

Ça roule un peu et le vent ne mollit pas beaucoup, donc nouveau changement de mouillage pour aller en baie de Chatham sur Union.

Ça roule moins mais les risées “catabatiques” sont fortes et Kéjadenn tire bien sur ses 40 mètres de chaîne dans 6 mètres d’eau !

Le vent a diminué un peu et les prévisions vont vers une nette amélioration, nous repartons donc vers les Tobagos Cays pour y voir encore plus de jolis fonds !

Le temps de trier les photos avec une bonne connexion et je vous raconte la suite des Grenadines …

Mis en avant

Ça continue en effet avec du vent et du soleil (Les Caraïbes assurent !)

Nous remontons lentement l’arc antillais en compagnie de Christine et Patrick, venu nous rejoindre à Grenade avec Chimère, leur fier voilier !

Les différents pays “traversés” sont , comme ailleurs, “victimes” de la pandémie du COVID ! Nous devons , en y entrant, y subir un test PCR et en attendant les résultats, c’est quarantaine plus ou moins longue ! Et ça recommence pour le pays suivant !!

Rassurez vous, nous passons bien au travers de cette pandémie et nous arrivons tout de même à voyager sans être malade ni transmettre ce virus ! Et les articles qui suivent en font le récit en mots et en photos …

Bonnes lectures ! ….

Saint Vincent

Une navigation de nuit un peu trop rapide nous “oblige” à relâcher vers minuit dans l’anse de Port Elizabeth à Béquia. Faut le dire à personne car nous devrions arriver directement à St Vincent pour faire la quarantaine obligatoire !

C’est donc le lendemain (vendredi 30 janvier) que Jimmy nous met sur une bouée de Young Island Cut.

Nous avons un rendez vous pour le test PCR le jeudi 4 février et en attendant nous devons rester à bord ! Nous avons , tout de même, le “droit” d’aller nager devant le rocher du fort Duvernet. Et nous en profitons tous les jours, ou presque , en fonction de la météo !

Voici quelques clichés faits avec l’appareil de Christine car le nôtre a rendu l’âme en buvant la tasse !

Et pour les fans, une petite vidéo…

On ne prend pas de photos tous les jours mais la plongée fait partie des activités à ne pas manquer; car dans cette période de “quarantaine”, la monotonie et l’ennuie pourraient vite prendre le dessus !

Je profite donc de ce temps pour, et vous avez dû vous en apercevoir, rattraper le “retard” sur ce site ! Il n’y a pas beaucoup de nouveauté au quotidien mais je vous tiens au courant …

Une liste de petits travaux est ouverte depuis quelques semaines et je n’avais pas toujours le temps ou l’envie de m’y coller ! En ce moment et en prenant les choses une par une, j’arrive à cocher les nombreuses lignes de cette liste ! Entretien du moteur (vidange, filtres, pompe à eau qui fuit un peu et autres petits désordres mécaniques), installation de la lumière dans le compartiment moteur (fils tirés depuis le chantier de 2017 !!), rangement des aussières dans les coffres, réparation, par Joëlle, des pavillons (qui souffrent avec les alizées), nettoyage des fonds du cockpit (c’est au programme pour demain !), etc….

Mais je cause de moi et je ne dis pas tout ce que fait Joëlle ! Et là c’est pareil, elle “rattrape le retard” sur son carnet de voyage. C’est superbe et vous pourrez en “juger” à notre retour (si on peut revenir en métropole sans le COVID !).

Sans oublier , bien sûr, les bons petits plats, les pains et les gâteaux qui font partis de son “répertoire” culinaire !

La lecture et les vidéos (la tablette et la liseuse sont en “permanence” en fonction et font partie des engins à recharger souvent !), ainsi que les parties de Scrabble ou la résolution de sudoku sont aux programmes journaliers.

Hier , Jeudi, nous avons été faire les tests PCR. SI je devais donner une note à chaque personne qui nous a tester, celle-ci aurait 8/10. Court et sans grosses sensations, contrairement à d’autres qui doivent faire le coup de goupillon dans le nez (les 2 narines !!) et la gorge (avec un écouvillon différent tout de même !), et parfois pas très délicatement. Ensuite nous avons eu l’autorisation de remplir nos réservoir d’eau car ça commençait à manquer un peu ! A la fin de la quarantaine, il faudra aussi refaire les pleins d’essence pour le moteur de l’annexe et de bouffe car on grignote un peu nos réserves !

Une fausse alerte de libération le lundi 8 et nous décidons de quand même visiter, grimper à l’ilot Duvernette. De la haut une jolie vue sur la baie où nous sommes depuis 10 jours !

Et puis le mercredi, Samuel nous rend nos passeports et nous déclare “aptes” pour circuler dans St Vincent et les Grenadines ! Super !!

Nous en profitons pour organiser une virée avec Chimère, en taxi (C’est Sophia qui nous conduit), autour de l’île…

Le pique nique se ferra à Fort Charlotte au dessus de Kingstown. Nous y déjeunons d’un “roti” que nous a conseillé notre guide/chauffeur !

Puis, parce que cette île est verdoyante, nous allons visiter son jardin botanique …

Moins prosaïque, le lendemain, toujours avec Sophia, nous allons aux ravitaillements. Ça fait 13 jours que nous sommes confinés sur nos voiliers et nous avons sérieusement grignoté nos réserves ! Il faut donc passer par le marché pour le “frais” (légumes et fruits locaux !) et supermarché pour les conserves et le reste ! (la liste est assez longue).

Puis retour aux bateaux respectifs et , après avoir rangé tout ça, c’est la mise en route vers les Grenadines….

Petite Martinique

La dernière île des Grenadines de Grenade.

Juste après avoir poser les ancres, nous mettons l’annexe à l’eau et débarquement au ponton en bois avec Patrick et Christine de Chimère, nos compagnons de “galères” ! C’est le délégué à la santé qui nous reçoit et, de suite, s’assure que nous sommes en règle du point de vue sanitaire (tests négatifs, quarantaine effectuée, où et quand ?). Autant de questions que nous commençons à connaître et anticiper (pas tout le temps !).

Une petite virée à pied vers le nord …

… que nous complèterons le lendemain par l’autre côté (sud).

Nous passons entre deux bancs de sable, Morpion et Punaise, qui dépassent à peine de l’eau à marée haute (ici le marnage est d’environ 50 cm à grandes marées !)

Carriacou

Cette île fait partie des Grenadines, avec Petite Martinique où nous irons mettre nos pieds avant de partir !

Mais avant de parler de départ, nous voici donc arrivés à Tyrrel Bay dans le sud ouest de Carriacou. Nous y mouillons par 10 m d’eau en bordure d’un haut fond avec quelques coraux et un peu de poissons !

La baie est remplie de voiliers. Certains sur la gauche du chenal (tout au fond sur la photo) sont mouillés en quarantaine. La quarantaine, nous l’avons faite à St Georges et nous pouvons directement aller à terre sans contraintes sanitaires autres que le masque, le lavage des mains, l’inscription sur le cahier dans chaque magasin avec la température et le N° de téléphone pour contact au cas où !

Le taxi-co nous emporte jusqu’à Hillsborough, la capitale de l’île ! C’est 15 à 20 minutes de trajet avec un arrêt chaque fois que quelqu’un le demande. Je n’ai pas compté le nombre de ralentisseurs (nos “gendarmes couchés” sont très doux à côté de ceux-là!) qu’il vaut mieux passer au pas et pas plus vite sinon la tête touche le plafond du taxi !

Une promenade à pieds jusqu’à l’hôpital, non pas pour mes oreilles, mais pour admirer le point de vue sur la baie d’Hillsborough !

Nous louons, avec Chimère, un Rav4 pour une journée et parcourons les routes de l’île vers l’Est et le Nord.

A l’Est, il y a un village de pêcheur où on construit des bateaux en bois et un lagon avec une barrière/récif de corail très longue.

Au Nord c’est une plage sur laquelle viennent pondre les tortues (nous n’en avons pas vu !).

Dans le Sud de Carriacou, nous y allons à pied afin de nous rendre compte de la géographie du lieu pour une éventuelle incursion avec les bateaux dans l’archipel des Îles Salines. Mais la météo et la lune, nous sommes en période de gros coefficients et les courants sont très forts (2 à 4 nœuds !), nous dissuadent d’une telle navigation !

Nous nous rattrapons avec une journée au mouillage devant Sandy Island à L’est de la baie d’Hillsborough.

Avant de repartir de Carriacou, vers petite Martinique, il nous faut faire les démarches de “Clearance to live” ! Après Petite Martinique , nous avons l’intention d’aller aux Tobagos Cays qui dépendent de St Vincent (autre pays que Grenade !). C’est un endroit idyllique pour les plongées en apnée sur les récif dans quelques mètres d’eau …. Mais, il y a un mais la douanes et la police de Petite Martinique ne sont pas habilités à faire ces papiers là. Ça ne prend pas beaucoup de temps d’ordinaire ! Mais, encore un mais, avec le COVID, il faut aussi faire un test PCR avant de partir pour envoyer les résultats à St Vincent, où nous aurons à faire une nouvelle quarantaine et de nouveaux tests PCR pour circuler “librement” !

Le rendez-vous pour le test est pris pour le lundi, les résultats arrivent par e-mail le mercredi matin et nous mettons en route dans la foulée ! …

Grenade

C’est bien le dernier jour de l’année 2020 que nous sommes arrivés dans la baie de St Georges à Grenade.

Patrick et Christine sur Chimère, nous y attendaient depuis 48h et nous avons réveillonné ensemble (mais faut pas le dire trop fort car nous étions théoriquement en quarantaine et eux aussi !)

Arrivés avec nos tests PCR négatifs (faits à Cayenne évidemment !), il a fallut attendre 4 jours pour en refaire d’autres (à nos frais !), attendre encore 48h les résultats et seulement après tout ça nous avons pu circuler librement dans l’île ! Une visite de la ville de St Georges avec passage au distributeur de monnaie locale (Dollar Caraïbe XCD ou EC $), au marché pour quelques courses de frais et à l’hôpital pour essayer de traiter une otite à Jean-Yves. Racler le dessous de la coque n’a pas arranger la sensibilité de ses oreilles !!

Une petite navigation vers Prickly Bay, au sud de l’île pour mettre Kéjadenn au sec et le nettoyer car je n’avais pas pu tout enlever à Cayenne, vue la “clarté” de l’eau !

La location d’une voiture nous a permis de visiter Grenade, un peu dans tous les sens. Elle nous a permis aussi d’aller chercher une nouvelle annexe pour Kéjadenn car la nôtre a décider de ne pas aller plus loin. Elle s’est mise à fuir de partout et refusait de rester gonflée.

Grenade est appelée “l’île épice”. Gingembre, curcuma, cannelle … Mais la Reine, c’est la Noix de Muscade. Grenade en est le 2ème pays producteur au monde !!

La bogue sert à faire de la confiture, le péricarpe rouge, suivant sa qualité, est utilisé en charcuterie, en pâtisserie ou en cosmétique. La noix est un aromate et participe à la pharmacopée. La coque de la noix fait un très bon “paillage” et un combustible.

Un petit tour à Grenville, sur la côte Est pour y découvrir son marché aux poissons et les petits étals de fruits et légumes

Au décours d’un des nombreux virages de la route (conduite à gauche c’est pas toujours simple !), nous découvrons une fabrique de chocolat : Belmont Estate.

Il existe des sources chaudes sur Grenade et nous avions bien envie d’aller nous y tremper. Donc après quelques virages en voiture (on ne compte pas les kilomètres mais le temps et les virages !!) nous arrivons dans un lieu assez caché mais où une musique rasta sort des baffles posées sur un comptoir “de fortune”. Il n’y a pas que les source au programme de ce coin mais bien tout un menu que je vous laisse découvrir en photos :

Avant de finir, le maître des lieux nous enduit (Plutôt que masser !) de beurre de coco, c’est doux et ça sent la noix de coco mais pas trop !

Et puis assis au bar il nous offre un sacré remontant !

Les pleins d’eau et de gasoil sont faits à St Georges avant de mettre le cap vers Cariacou. Je vous raconte ça bientôt dans un nouvel article et surtout quand ma connexion serra efficace ….

Les Caraïbes

De Trinidad et Tobago à Puerto Rico il y a quelques escales envisageables !

Certes le COVID, cette année encore, nous joue quelques tours et ne nous permet pas d’aller partout comme on voudrait, mais on va essayer de voir celle qui nous intéressent.

Trinidad et Tobago sont fermées quand nous passons devant en venant de Guyane et nous verrons plus tard si elles ouvrent leurs frontières …

Cayenne le retour et le redémarrage du voyage !

Donc nous voici de nouveau à Cayenne après quelques pérégrinations métropolitaines.

En 6 mois (COVID oblige !) nous avons parcouru la France de long en large afin de revoir les amis et les familles. Nous n’avons fait que 12000 kms de Grenoble à Brest en passant par Allevard les bains, Châteauroux, Lyon, Plouha, Pordic, Sarzeau, Langon, Cestas, Hennebon, Quimper, Pont Labbé et Urrugne. Et bien entendu tout ça dans un ordre pas toujours “logique” ! Bref c’était pas mal quand même et on a réussi à voir, à peu près, tout le monde ! Mille excuses à ceux et celles qu’on a pas visités mais entre le confinement (2ème version) et les couvre-feux divers et variés cela n’a pas été facile !!

Ce n’est donc que le 11 décembre que nous avons pu prendre un avion pour rejoindre Kéjadenn, qui nous attendait gentiment à la “marina” de Dégrad des Cannes de Cayenne.

Une petite semaine pour réarmer le bateau, retrouver Pascal et Valérie, Alain et Juliette et faire un tour dans le centre ville pour boire une bière au Café des Palmistes et même en profiter pour y manger une pizza Hummm !

Réinstaller les voiles, remettre le moteur en marche et autres petits travaux n’ont pas demandé autant que le nettoyage de la carène. Elle était comme un champs d’algues avec des coquillages en pagaille. L’antifouling brésilien n’a pas beaucoup empêché, pendant les 9 mois d’arrêt de Kéjadenn à ce ponton, la prolifération de tout ces indésirables à la navigation.

Un petit tour au marché de Cacao n’avait pas pu être réalisé dans nos différents séjours à Cayenne en 2020, aussi le dimanche matin, avec notre voisine de ponton Gaït, nous y allons en voiture et masqués !

Un gros plein de ravitaillement au supermarché de Cayenne, puis c’est le départ, le mardi 22 décembre, pour Grenade en faisant une escale aux Îles du Salut …

Une sortie du Mahuri avec un courant pas très fort mais une houle contre nous, dans un chenal étroit nous prend presque 2 heures car le bateau se traine un peu !! (pas propre et vent pas aidant !).

Le lendemain nous passons une bonne partie de la matinée à faire le tour de l’île Royale. Nous ne sommes pas les seuls. Des gîtes et chambres d’hôtes ont été installés dans les habitations des gardiens du bagne (non pas dans les cellules de prisonniers !!) et il y a du monde !

Reprise du voyage !

Coucou nous revoilà ! ⛵

Ça y est nous sommes de nouveau sur Kéjadenn afin de le préparer au redémarrage du Voyage !!

Presque 6 mois de “squat” chez les uns et les autres (merci à toutes😊 et tous 😉de nous avoir héberger et supporter pendant ces mois !) et nous voilà de nouveau à Cayenne, accueillis par Valérie, notre ange gardien😇, et son sourire inamovible et rassurant !

Pendant ces temps d’automne, Brieg et Justine nous ont apporter un très joli cadeau🎁 nommée Lucie 👶🧚‍♂️! Eh oui nous sommes Grands Parents ! Papig🎅 et Mamig🤶…. Merci à eux.

Je vous rassure de suite nous allons bien malgré un nombre impressionnant de quarantaine à faire ou déjà faites ! Nous sommes à ce jour (aujourd’hui c’est la chandeleur !) à St Vincent en attente d’un nouveau test PCR et des autorisations d’aller naviguer dans les Grenadines … Patience !!

L’aventure reprend donc son cours et nous enverrons des nouvelles le plus souvent possible pour vous tenir informés et que vous puissiez nous “suivre”…

Ps: Les nouveaux articles sont publiés en dessous. Allez les voir ! 😉

Bonnes lectures et à bientôt !

Guyane suite !

Après 14 jours de “quarantaine” imposés par la préfecture de Guyane, nous reprenons quelques “activités”. Pendant ces 14 jours nous avons pu bricoler à bord et Joëlle en a profité pour avancer son carnet de voyage qui avait pris un certain retard ! Il faudra bien quelques semaines encore pour combler ce décalage !

N’empêche que pendant cette “quarantaine”, personne n’est venu nous contrôler, tant mieux, mais ce n’est pas sérieux de la part de l’ARS ! 🤔 Surtout au vu des restrictions drastiques qui sont mises en place ici (couvre feu comme en temps de guerre, interdiction de circuler, de se baigner etc. malgré le déconfinement en place !).

Nous avons heureusement des contacts (à distance !) avec nos voisins de ponton et nous reprenons le rythme de la vie dans cette “marina” un peu particulière !

Un temps aussi de réflexion sur la suite de notre voyage avec des contacts vers la Martinique (Chimère qui est dans un cas similaire !), Trinidad et les ambassades de France sur les îles des Grenadines, afin de trouver les solutions les plus adaptées à un bon passage, à l’abri, de la saison des cyclones (juillet à mi-novembre). Nous avions envisagé de laisser Kéjadenn à Port of Spain, la capitale de Trinidad et Tobago. Nous pensions y arriver vers la mi-juin, sortir le bateau sur un terre-plein, le nettoyer et le désarmer pour rentrer en métropole le 28 juin (billets réservés à l’avance !). Seulement voilà, le Covid 19 est passé par là, avant nous, et a fait fermer toutes les frontières (voir notre “blocage” à Alter do Chao !). Trinidad n’a pas échappé à cette mesure. Ils ont même décidé de ne les “ouvrir” qu’en dernier dans leur plan de “déconfinement” ! Ce qui veut dire qu’elles ne seront ouvertes que mi-juillet voir peut-être fin juillet en fonction de la situation ailleurs dans le monde ! Bah oui chez eux il n’y a pas beaucoup de cas mais ils ne veulent pas en voir venir de l’étranger. A tel point que même les Trinidadiens qui étaient partis de leur pays avant le 15 mars n’ont pas pu revenir chez eux et encore aujourd’hui il y en a qui sont toujours “coincés dehors” !!

En plus la compagnie aérienne a annulé un des vols de notre retour. Il nous faut donc revoir notre programme ! Nous avons d’abord fait une demande de remboursement et attendons la suite …Puis quelles alternatives pour laisser Kéjadenn pendant la saison cyclonique et notre retour “provisoire” en métropole ?

Nos amis, Christine et Patrick, de Chimère, actuellement en Martinique, viennent de rejoindre un groupe de six voiliers qui doit descendre à Cariacou (Grenadines) pour y sortir les bateaux au sec et retour en Martinique en 48h maximum. Cette virée leur permet de mettre le bateau plus à l’abri qu’en Martinique et de ne pas avoir une quatorzaine à faire en y revenant. Ensuite ils rentrent en Bretagne (Sarzeau) au lieu d’aller visiter le Pérou comme ils l’avaient envisagé ! Nous n’avons pas le temps de remonter jusqu’à Cariacou pour sortir Kéjadenn là-bas et les autres îles sont déjà fermées ou saturées de bateaux au sec …

La solution, qui se profilait depuis quelques jours, de le laisser ici à Dégrad des Cannes, s’avère être de plus en plus sérieuse et fiable. En effet, en partant d’ici, le bateau sera en sécurité et nous devrions pouvoir éviter de refaire encore une quatorzaine arrivés en métropole ! Une fois désarmé il ne craindra pas grand chose. D’autant plus qu’il sera au milieu d’autres bateaux habités en permanence et donc surveillé au quotidien. Par contre, comme il va être à l’eau tout ce temps là, il sera à nettoyer en carène en revenant car les balanes poussent bien ici ! Peut-être même qu’un carénage complet serait à envisager à Trinidad ou Grenade ? On verra ça en temps voulu !

Les billets sont donc pris pour le 17 juin, ✈️ directs vers Paris puis un train 🚂 vers Grenoble pour récupérer une voiture, 🚜 choisie par Brieg. En attendant nous reprenons contact avec La Guyane. Entre les petits travaux, périodes à “ne rien faire” et autres temps libres et chauds, nous faisons quelques balades à pieds avec Valérie.

Les belles balades, le remplissage de la bouteille de gaz et le désarmement de Kéjadenn nous ont bien occupé dans les jours précédents notre départ pour la métropole. Jusqu’au dernier moment nous avons craint de ne pas pouvoir partir ! En effet la pandémie du COVID 19 a pris un envol remarquable dans les derniers jours avant notre départ prévu ! Couvre-feu les week-end et les soirs après 19h00 !

Il était bien temps de rentrer en métropole !!

C’est, comme prévu, le 17 juin après midi que nous embarquons dans un avion, destination Paris Roissy…. Un dépistage à Grenoble nous permet de rassurer tous nos proches et nous même ! Nous ne sommes, ni l’un ni l’autre, porteur du virus !! Tant mieux !!

La suite, pour la plupart d’entre vous, nous vous la conterons de vive voix en passant vous voir. Pour les autres, car nous ne pourrons pas visiter tous les “Amis de Kéjadenn”, je mettrai, en fin d’été, un petit résumé de nos pérégrinations métropolitaines !

A suivre donc !! 😊 🦎

Dernières minutes : des nouvelles de Guyane que nous avons reçues quelques jours après notre arrivée à Grenoble ! ⛄🤨

Ce n’est pas le 1er avril mais tout est tellement chamboulé depuis ce satané virus !!

😂 Y a plus de saison ❄️🌴🎄ma pauv’ dam’ !! 🤣