Les Grenadines (suite)

Tobagos Cays (seconde visite !)

La “mère téo” nous a donc donné du beau temps, moins de vent et de houle pour retourner plonger aux Tobagos Cays.

Je vous remets la carte de cet archipel, et quelques photos de ces îles “paradisiaques” !

Les récifs de coraux qui “protègent ces îles sont un endroit idéal pour visiter les fonds. L’eau y est TRÈS claire et c’est peu profond ! La visibilité de la surface est d’environ 10 mètres et à l’horizontale largement plus !

En voici quelques vues de surface ou en plongées. Toujours avec Christine et Patrick, de Chimère, pour partager des moments inoubliables !

Toutes ces belles plongées ne nous empêchent pas de déguster les spécialités locales !

… ni de nous promener à pieds dans les îles !

Nous avons profité de cet endroit “magique” pour y déguster un bout de nos cadeaux de départ …

Puis le vent et la mer se refont un peu plus inconfortables, donc nous quittons ces lieux magnifiques et en route pour :

Canouan

“Petite” marina pour gros bateaux de milliardaires avec aéroport privé pour y arriver ou en repartir en jet privé, of course ! …. Ce n’est pas tout à fait notre genre, aussi nous préférons mouiller dans la baie en face de la ville principale, Charlestown. Ça roule un peu et avec le vent assez fort la nuit n’y est pas très confortable !

Un petit tour “en ville” pour y acheter quelques fruits et légumes, y boire une bière en “terrasse” (c’est à dire assis sur un tronc en bord de rue !)

Nous allons mouillé Kéjadenn de l’autre côté de cette grande baie, à Little Bay où nous serons seuls !….

Chimère est déjà parti vers Béquia pour y faire des papiers de “sortie” car leurs passeports arrivent à expiration dans quelques jours ! Les nouveaux les attendent déjà en Martinique !

Nous mettons le cap vers Béquia avec un peu moins de vent et 2 jours après Chimère.

Béquia

Atterrissage dans Admiralty Bay pour la 3ème fois, mais c’est la 1ère fois que nous y resterons plusieurs jours …

Cette fois nous pouvons prendre du temps pour admirer les diverses maisons de toutes les couleurs …

Chimère s’en va, à nouveau sans nous, malgré un vent encore assez fort ! Leurs passeports sont maintenant périmés mais les papiers de sortie (clearence) sont tamponnés ! Il ne leur reste plus qu’à rejoindre la Martinique, et c’est déjà pas mal, vu la météo !

Nous restons pour aller marcher un peu dans l’île ….

Le lendemain c’est dimanche et nous prenons le chemin de la côte Est, au vent de l’île. En traversant la ville de Port Élisabeth, nous entendons les chants, sermons et autres prêches des différentes églises sur notre chemin. Et il y en a quelques unes !! On en a compté 5 ou 6 !!

Le trajet n’est pas très long (3 kms), mais le soleil cogne pas mal et nous recherchons l’ombre sur les côtés de la route !

Le retour fut chaud et nous n’avons pas hésité à prendre une glace à la terrasse d’un bar en bordure de la baie où Kéjadenn est mouillé !

Encore une petite balade le long de la baie du mouillage en suivant le sentier de la Princesse Margareth !

Puis il faut bien penser à partir, faire les papiers de clearence et déposer nos poubelles avant de faire quelques courses pour assurer un ou deux jours d’escale en route ! Mais aussi une petit semaine en prévision d’une éventuelle quarantaine (encore une !) en Martinique !!?

Et en route pour une petite escale sur St Vincent à :

Barrouallie

Petit port dans une baie sur la côte Ouest de St Vincent. Nous y sommes accueillis par Jonathan. Nous mouillons une ancre devant (8 m d’eau) et une aussière (50m) à l’arrière, prise sur un rocher (nœud fait par Jonathan !). L’endroit est calme, peu fréquenté, nous sommes les seuls au mouillage, à part les pêcheurs !

Une promenade à terre pour se dégourdir les gambettes et voir les lieux !

Nous repartons de ce havre de paix (apparent !) pour rejoindre Chimère à St Anne en Martinique. Nous devons parcourir 90 miles nautiques, nous en ferons donc une partie de nuit !

Entre St Vincent et la Martinique, il y a Ste Lucie. Nous y avions rendez vous avec Christophe et Sandra mais le COVID en a décidé autrement. Nous ne nous arrêterons donc pas à Ste Lucie car il faudrait y faire une quarantaine de 14 jours …

Nous avions compté que sous le vent de Ste Lucie, il n’y aurait pas de vent pour nous faire avancer. Erreur d’estimation car nous en avons trouver et suffisamment pour bien naviguer à la voile, avec même un peu de courant poussant !

C’est donc en milieu de nuit que nous avons poser notre pioche dans l’anse de Ste Anne au sud de l’île de La Martinique, pas très loin de Chimère qui avait laissé son AIS allumé ! Merci à eux et à demain matin pour des retrouvailles afin de continuer notre périple commun….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.