Vacances 2024

Nous voilà de retour sur notre bateau et comptant bien en profiter pour refaire quelques rencontres dans des endroits qui ont du bien changer depuis 5 ans que nous y sommes passés. En effet, le programme pour ces vacances est de retourner au nord de l’Espagne puis au Portugal et de revenir sur la Vilaine.

Cela devrait nous durer environ 2 mois, je vous emmène !….

Quitter Folleux et passer l’écluse du barrage d’Arzal ne nous posent plus aucun souci mais c’est toujours différent et bien sympathique.

Cette fois-ci nous ne tournons pas à droite en sortant de la Vilaine vers Penerf comme tant d’autres fois, mais nous mettons le cap au sud, vers Piriac. Première arrivée dans ce port à flot qui a un seuil à l’entrée ! Il nous faut donc s’y présenter aux bons horaires sinon ça ne passe pas !

Tout se passe bien et nous visitons cette petite bourgade bien sympathique avec de jolies petites maisons et des ruelles fleuries et biscornues.

Pour ressortir, le lendemain, c’est le même « problème » de tirant d’eau qui nous oblige à partir à l’aube. Tant qu’à faire, puisqu’on est debout, autant aller jusqu’à l’île d’Yeu (55 Miles nautiques).

Quelques dauphins nous accompagnent un moment malgré que nous soyons au moteur, faute de vent. Et nous passons dans le coin nord-est du parc d’éolienne en mer ! Elles sont impressionnantes et paraissent proches les unes des autres mais à notre échelle ce sont des géantes.

Cette étape nous permet aussi de prendre conscience de quelques réparations nécessaires avant de partir plusieurs jours ! (pompe de cale qui ne veut pas pomper, réservoir eau inox qui semble fuir et les WC qui refoulent !!) Que du bonheur !

Cela fait plus ou moins efficacement (on verra à l’usage !), nous nous octroyons quand même du temps pour revoir la ville de Port Joinville sur cette ile d’Yeu

Une prise de météo nous décide de partir le surlendemain (mardi 21 mai 2024) afin de profiter d’une « fenêtre météo » favorable et pas trop musclée !

Le Golf de Gascogne

Sortie de port au moteur et on le garde un moment car il n’y a pas assez de vent pour éviter les roches à l’ouest de l’île.Le vent prend tout de même le relai et ça tombe bien car il faut retendre la courroie d’alternateur et pompe à eau du moteur ! Ce n’est pas très confortable dans une mer un peu agitée.

C’est aussi le début, pour moi d’un épisode de mal de mer comme ça faisait longtemps que je n’en avais pas eu ! Deux heures la tête au dessus du seau et Joëlle me colle un patch de Scopolamine conseillé par Christine (Chimère). C’est très efficace car à peine deux heures après je suis complètement apte à reprendre les activités du bord et la suite se passe très bien. L’amarinage n’a pas été assez long ce coup ci et j’en paie un peu les frais !

Tout au long de cette traversée nous sommes très souvent et pendant pas mal de temps, accompagnés par un groupe de dauphins, des grands et des petits, qui a du programmer ses vacances dans le sud du Golfe de Gascogne!

La météo n’est décidément pas une science exacte car au lieu d’avoir du vent de travers, il est au près et même un peu en face de la route avec une mer que nous qualifions d’Orangina ! En effet les différentes houles que nous subissons sont bien croisées (Nord Ouest; Sud Ouest et même Est) et nous secouent comme la fameuse bouteille, mais la pulpe, c’est nous et ça fatigue beaucoup nos organismes.

Malgré le vent nous sommes obligés de mettre le moteur pour recharger les batteries.L’éolienne ne veut plus tourner et la nuit ou sous les nuages le panneau solaire n’est pas très efficace !

Quand nous arrivons enfin en vu du Cap San Lorenzo, à l’entrée de Gijón, notre destination, nous sommes abordés par une vedette de la Guardia Civil espagnole !

Mais nous déchantons rapidement car ils nous informent que la zone est fermée à la navigation pour cause de manœuvres militaires de grande envergure. En effet il y a sur zone, un porte avion, deux destroyers escorteurs, deux remorqueurs de haute mer et dans le ciel une bonne vingtaine d’avion de chasse que passent fréquemment au dessus de nos têtes ! Un peu de parlementation avec les autorités policières et nous sommes autorisés à attendre !

Au bout de deux heures de cette attente patiente, nous ne pouvons toujours pas traverser la zone et rejoindre le port de plaisance qui est fermé. Ce n’est qu’en fin de journée que nous sommes autorisés à naviguer vers Luanco, petit port à 8 MN dans le NW de Gijón afin d’y passer la nuit et nous ne pourrons rentrer au Puerto Deportivo de Gijón qu’à partir de 18h le lendemain.

A Luanco nous apprenons qu’en fait c’est la grande fête de l’armée espagnole et que des tas d’officiels, le Roi, sa famille, etc sont présent pour le spectacle des navires et avions (genre patrouille de France).

Ce n’est donc que le vendredi 24 mai vers 20h que nous pouvons amarrer Kéjadenn au ponton de cette grande marina en plein cœur de la ville historique et animée. Il y a là trois voiliers français qui sont, eux aussi arrivés ce soir, un peu avant nous pour les mêmes raisons !

Gijón

Escale bien appréciée lors de notre passage en juillet 2019, cette ville reste animée et agréable malgré une taille importante (Capitale régionale des Asturies).

Une visite de musée pour découvrir une des activités importante de cette ville : la fabrication de vaisselle et de verres depuis déjà très longtemps !

Puis un petit tour dans un aquarium, un peu brouillon mais très joli et ambiance très détendante !

La météo nous « contraint » à rester une nuit de plus dans cette ville, on en profite donc pour continuer nos visites. Le musée de la « Casa natal de Jovellannos » nous raconte un peu d’histoire locale et la guide y est très passionnée. Notre compréhension de son espagnol reste tout de même limitée mais s’améliore et nous saisissons la majeure partie de son discours !

A Gijón, il y a eu aussi la présence des romains (il y a très longtemps !). ils y avaient construit des thermes, comme ils faisaient un peu partout où ils s’installaient. Ils ont été redécouverts à la fin de 19ème siècle et les fouilles n’ont été mises en valeur (musée en souterrain d’une place devant une église) qu’au début du 21ème siècle !

L’escale à Gijón ne serait pas complète si nous n’avions vérifié que la Sangria est toujours aussi bonne …

… et que la rue face au quai est toujours aussi animée autour du cidre !

Il n’est que 20h et des brouettes !

Le lundi 27 mai vers 17h nous remettons en route pour l’Ouest ! Ribadeo sera notre prochaine étape dans cette direction. Environ 60Mn qui devraient être fait de nuit sans beaucoup de vent.

2 réflexions sur « Vacances 2024 »

  1. Bonjour les Petits Loups (de Mer !!!!)
    Heureux de vous voir repartis pour de nouvelles aventures maritimes !
    Nous allons aussi (mais par la terre …) dans le nord de l’Espagne (Asturies), à partir de mi-juillet. On va se rater de peu je pense.
    Profitez bien et merci pour ce nouveau carnet de voyage !!

  2. Coucou les amis
    C’est avec beaucoup plaisir que je reprends la lecture de vos aventures. Entre résumés et photos nous voyageons au gré du vent et de la mer.
    Amitiés 🦎 🐬

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.