Canaries suite et fin

Comme promis voici la suite de nos aventures dans les Îles Canaries ….

Si vous lisez ces lignes, c’est que nous avons trouvé une connexion aux Îles du Cap Vert. Mais ceci vous sera raconté un peu plus tard !! Un peu de patience ….

Revenons en au sujet de cet article : à savoir la façon dont nous terminé notre séjour aux Canaries !

Après La Palma, nous sommes allé à La Gomera, rejoindre Chimère, Kaloni et Utopia mouillés à Valley Gran Rey sur la côte ouest de l’île. Trajet au moteur dans très peu de vent et comme Chimère nous y attends (ils partent pour Tenerife le soir même !) pour le repas du soir, il faut pas traîner en route.

Une arrivée à l’heure de l’apéro et les retrouvailles sont plutôt sympas. Christine et Patrick nous donnent tous les “tuyaux” qu’ils ont sur cet endroit avant de partir dans la nuit.

L’eau est bonne et claire, la plage du port est petite, de sable noir et assez agréable.

Le resto sur le port a des tapas pas chers et copieux. En plus ils sont bons, ce qui ne gâche rien !

Un petit tour à pied dans la ville nous permet de voir que les arbres de la rue sont des palmiers dattiers et toutes les dattes traînent par terre ! Une fois goûtées, elles s’avèrent à peu près bonnes, sauf qu’elles sont assez sales et pas mal abimées. On verra plus tard s’il y en a ailleurs….

Les boutiques sont tenues par des germaniques plus que par des hispaniques ! Ici le touriste est essentiellement allemand et tout est prévu en fonction.

Quelques groupes de hippies (vieux et jeunes) sont en communautés et vivent, tout nus, dans des grottes, au dessus de la plage (de galets) du mouillage où nous sommes. Ils y cultivent des fruits et légumes et un peu d’herbes drôles, bien sûr !

Après 3 jours dans ce mouillage, et avec une houle qui monte, nous décidons d’aller voir plus au sud comment c’est !

Il y a des criques, nombreuses, à quelques miles à peine, qui sont parait-il très jolies ….

Nous y passons quelques jours et pas mal de temps dans l’eau. Elle est presque à bonne température, pas trop de houle et les fonds sont jolis (lien)!

Un refus d’accoster dans le port de Santiago, puis nous allons à San Sebastian, où, là aussi, nous avons fait une réservation. Sinon !!

A l’arrivée c’est 25 à 30 nœuds de vent de face qui nous accueillent et le chenal n’est pas large car il faut laisser les grands ferrys et paquebots de croisière faire leur demi-tour d’accostage. Ça passe quand même et nous voici au ponton pour y retrouver “Moussespic” (rencontré à Madère). Moussespic est un Trismus 37 où vivent , pour trois ans (jusqu’en Polynésie !), Maxime, Manu et leurs 3 garçons (Camille 11 ans, Simon et Marin, jumeaux de 9 ans). Eux ils sont là depuis bientôt 3 semaines et connaissent bien le coin. Ils ont plein d’infos pour nous avant qu’ils ne partent pour Tenerife.

En louant (encore !) une voiture (une Clio que Maxime vient de rendre au loueur !), nous sommes équipés pour découvrir cette île très jolie et particulière.

Une virée vers Hermigua pour y visiter le musée ethnographique (lien) qui nous montre un petit film sur le Silbo et son histoire. Aujourd’hui ce langage est enseigné à l’école (lien). Des expositions simples et bien faites nous en apprennent sur l’histoire des Gomériens.

Pour trouver la maison du Miel de palme, il nous faut faire presque 10 km de routes sinueuse et étroite, en dehors des itinéraires classiques et surtout ne pas louper le “musée” !

Une visite à pied de Agulo (sur la côte nord) et un bon repas à “La Vieja Escula” où l’on mange très bien et…

Un tour vers le haut ne nous permet pas de voir les sommets car le brouillard, la pluie fine et le vent froid nous contraignent à redescendre vers les vallées ouest !

Le lendemain nous prenons la route un peu plus tôt mais les nuages sont déjà là et nous empêchent de voir Los Roques et le sommet : le Garajonay

Les fruits sont présents et souvent bons à ramasser sur le bord de la route : Figues, dattes, avocats, oranges, goyaves, mangues et papayes.

Après des essais infructueux pour voir le sommet, nous décidons de partir de cette île vers El Hierro afin de nous rapprocher de la “sortie” des Canaries vers le Cabo Verde.

C’est avec plus de 30 nœuds de vent, dans le dos, que nous sortons de San Sebastian en même temps qu’un paquebot essaie d’y rentrer en marche arrière. C’est une manœuvre obligatoire pour qu’il puisse se mettre au quai et avec le vent qu’il y a il hésite pendant 10 à 15 minutes et repart en mer. Les touristes , à bord, ne verront pas tout de suite La Gomera !

Nous en profitons pour filer 7 à 8 nœuds vers El Hierro. Cela ne dure pas. Au bout de 2 heures c’est la pétole et même du vent de face venant du sud !!. Moteur ! Puis le vent revient doucement, d’abord, puis se renforce du nord-ouest puis du nord et finit en 2 heures par monter à plus de 30 nœuds à nouveau du nord-est. Les vagues ont suivi le vent et atteignent 2.5 à 3 mètres de creux et c’est sous génois seul, avec 10 tours de rouleaux que nous arrivons avant la tombée de la nuit dans le port de La Restinga au sud de l’île d’El Hierro. Ouf !

Pas de place au ponton, malgré la réservation. Nous sommes obligés de nous mettre contre le quai (el murro en dialecte local !). Kéjadenn y cogne contre les défenses du quai et c’est très inconfortable pour dormir !

Un voilier libère une place au ponton et nous la prenons d’office. C’est très nettement mieux. J’en profite pour réparer le liston éclaté et remettre de l’ordre un peu partout !

Une petite virée dans l’intérieur de l’île nous fait découvrir un autre climat… en effet, à 900 mètres d’altitude, nous découvrons le brouillard, la pluie froide avec le vent du nord-est assez fort (ça ne mollit pas pendant 4 à 5 jours !), il fait 13° et nous sommes rapidement trempés sans voir les paysages prévus ! Nous redescendons par le 1er bus qui passe (un toute les deux heures !) et retour au bateau où il fait 24° et grand soleil, même avec autant de vent !

Nous aurons attendu presque 1 semaine afin de prendre la bonne “fenêtre” météo pour la traversée vers le Cap Vert. Ça y est, le dimanche 17 novembre à 7h45 nous quittons le ponton protecteur pour nous lancer dans le vent qui souffle encore à 25 nœuds dehors avec des creux de 2.5m environ !

Puisque vous lisez ces lignes, c’est que nous sommes arrivés à bon port (La Palmeira sur l’île de Sal au Cap Vert).

La traversée c’est très bien passée et nous avons eu du vent, sans trop, bien assez pour garder le génois presque tout le temps plein et tangoné sans la grand voile. La mer n’a pas été méchante avec nous car les creux ne dépassaient pas les 3 mètres et pas souvent ! Ce qui nous a permis de prendre un bon rythme et de faire quelques images pendant cette traversée. Un bel arc en ciel (lien) dans notre sillage, Joëlle à la cuisine (pas toujours très facile) (lien) et les dauphins qui nous accompagnent très souvent (lien). Quelques poissons volants sont venus s’échouer sur le pont de Kéjadenn et nous les avons déguster dès le lendemain ! Une dorade coryphène a mordu à la ligne mais n’a jamais voulu monter à bord du bateau. elle a décroché de l’hameçon juste avant que je l’attrape !! Dommage, nous en aurions bien fait notre menu .

Une arrivée de nuit dans le port de Sal, avec des quais nouveaux et des bouées inconnues de mes cartes, pour finir en beauté cette traversée de 5 jours et demi.

Une bonne nuit sans roulis et nous serons bientôt à même de vous raconter la suite de notre voyage à travers l’archipel du Cabo Verde…… à condition d’avoir une bonne connexion internet et ici ça n’est pas gagné à tous les ports !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.