Grenade

C’est bien le dernier jour de l’année 2020 que nous sommes arrivés dans la baie de St Georges à Grenade.

Patrick et Christine sur Chimère, nous y attendaient depuis 48h et nous avons réveillonné ensemble (mais faut pas le dire trop fort car nous étions théoriquement en quarantaine et eux aussi !)

Arrivés avec nos tests PCR négatifs (faits à Cayenne évidemment !), il a fallut attendre 4 jours pour en refaire d’autres (à nos frais !), attendre encore 48h les résultats et seulement après tout ça nous avons pu circuler librement dans l’île ! Une visite de la ville de St Georges avec passage au distributeur de monnaie locale (Dollar Caraïbe XCD ou EC $), au marché pour quelques courses de frais et à l’hôpital pour essayer de traiter une otite à Jean-Yves. Racler le dessous de la coque n’a pas arranger la sensibilité de ses oreilles !!

Une petite navigation vers Prickly Bay, au sud de l’île pour mettre Kéjadenn au sec et le nettoyer car je n’avais pas pu tout enlever à Cayenne, vue la “clarté” de l’eau !

La location d’une voiture nous a permis de visiter Grenade, un peu dans tous les sens. Elle nous a permis aussi d’aller chercher une nouvelle annexe pour Kéjadenn car la nôtre a décider de ne pas aller plus loin. Elle s’est mise à fuir de partout et refusait de rester gonflée.

Grenade est appelée “l’île épice”. Gingembre, curcuma, cannelle … Mais la Reine, c’est la Noix de Muscade. Grenade en est le 2ème pays producteur au monde !!

La bogue sert à faire de la confiture, le péricarpe rouge, suivant sa qualité, est utilisé en charcuterie, en pâtisserie ou en cosmétique. La noix est un aromate et participe à la pharmacopée. La coque de la noix fait un très bon “paillage” et un combustible.

Un petit tour à Grenville, sur la côte Est pour y découvrir son marché aux poissons et les petits étals de fruits et légumes

Au décours d’un des nombreux virages de la route (conduite à gauche c’est pas toujours simple !), nous découvrons une fabrique de chocolat : Belmont Estate.

Il existe des sources chaudes sur Grenade et nous avions bien envie d’aller nous y tremper. Donc après quelques virages en voiture (on ne compte pas les kilomètres mais le temps et les virages !!) nous arrivons dans un lieu assez caché mais où une musique rasta sort des baffles posées sur un comptoir “de fortune”. Il n’y a pas que les source au programme de ce coin mais bien tout un menu que je vous laisse découvrir en photos :

Avant de finir, le maître des lieux nous enduit (Plutôt que masser !) de beurre de coco, c’est doux et ça sent la noix de coco mais pas trop !

Et puis assis au bar il nous offre un sacré remontant !

Les pleins d’eau et de gasoil sont faits à St Georges avant de mettre le cap vers Cariacou. Je vous raconte ça bientôt dans un nouvel article et surtout quand ma connexion serra efficace ….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.