Grande traversée vers le Brésil

Où en étions nous ? Ah oui ! Nous partions de Brava, la dernière fois que je vous racontais ce que nous vivons avec Kéjadenn. Nous avons donc largué les amarres, ou plutôt nous avons relevé l’ancre pendant qu’un « local », sur le quai, nous larguait l’amarre passée à terre à l’arrière du bateau. Obligado e Ate logo ? (Merci et à une prochaine ?)

Notre prévision de trajet …..

Soleil et vent  plutôt musclés semble-t-il mais la mer n’a pas l’air méchante ! Sortie du port on range tout sur le pont et on déroule un bout de génois pour avancer. Le moteur va rester un moment car les batteries ont besoin d’une bonne charge ! Le paysage est magnifique et ce côté de l’île nous était inconnu. Terre aride et très escarpée avec plusieurs plans de « montagne ». Quelques coins où poussent des buissons, mais aucune habitation même vers le sud de l’île. Seulement un phare sur la pointe sud, dernière « lumière » avant longtemps !

Un petit courant de 0.7 nds est contre nous mais pour l’instant le vent et le moteur font avancer à 5 nds !! Au bout de 2 heures, le vent passe au sud ouest, pas fréquent dans ces parages ! Et malgré le moteur à 1800 tours/minutes, nous n’avançons qu’à 4 nds ! Les réserves de gasoil sont limitées et si nous commençons à les entamer dès maintenant, que va-t-il nous rester pour passer les calmes du « pot au noir » (link). Donc on éteint le moteur et n’avançons qu’à 2 nds sur l’eau et 1.5 nds sur le fond !! Je ronge mon frein, ou plutôt je me demande si ça va durer et combien de temps ? Les prévisions du fichier météo, pris juste avant de partir, nous donnaient 15 à 20 nds de vent de Nord-Est !!?? Bref, je vous passe tous mes états d’âme plus ou moins pessimistes et alarmants (ceux qui me connaissent peuvent voir de quoi je parle !). Mais ça dure et ce n’est que vers 22h qu’une première bouffée d’air nous fait atteindre les 3.5 et même les  4 nds !!. Cela non plus ne dure pas et pendant le quart de Joëlle, ça va même tomber à 0.8 nds sur l’eau avec toujours ce courant contre de 0.5 nds. Il ne reste pas grand chose pour commencer à parcourir nos 2000 miles jusqu’à Salvador !!

Dans un épisode de moteur, j’en profite pour hisser un bout de grande voile (2 ris) pour stabiliser le bateau afin d’avoir un peu plus de confort pour dormir. Le vent n’est pas avec nous, mais la petite houle est présente et plutôt désordonnée. Ça donne du roulis et ce n’est pas bon pour s’endormir.

Ah oui j’oubliais, pendant que nous désespérions (surtout moi !) d’avoir un peu d’air, la pièce réparée auparavant du capteur d’angle de barre du pilote automatique est tombée.  Heureusement j’avais été prévoyant, elle était assurée par une garcette qui a fait tout son travail. La pièce sera donc à refaire ou tout au moins à refixer et en mieux si on veut pouvoir se servir de ce pilote, indispensable quand on avance au moteur ! Petite précision, ce travail va être à faire avec le bateau en marche et peut-être en me mettant dans la jupe arrière pour le faire !!

Dans une manœuvre d’empannage, tentée par Joëlle, une butée du chariot d’écoute de grand voile lui reste dans les doigts ! Elle est trop costaude ! Encore une réparation à mettre au menu des prochains jours !

Donc vers les 10h du matin le vent semble s’établir du Nord-Est et commence à nous pousser dans le bon sens mais toujours avec ce petit courant contre ! Ce ne sera que dans l’après midi que j’affalerai la grand voile complètement car elle dévente le génois. Au bout de 24h de route, nous n’avons parcouru que 84 miles à la place des 120 escomptés en moyenne sur cette traversée ! Ouf, voilà l’alizé, nous avançons à 5 à 6 nds sur le fond et le courant est plutôt avec nous depuis ! Il était temps !

La pièce du pilote automatique est réparée et refixée à sa place, sans avoir à me mettre dans la jupe. Tant mieux car en avançant cela aurait demandé de m’arnacher et je m’y voyait assez mal ! la butée du chariot d’écoute est remplacée par une neuve (prévue dans les pièces de rechange embarquées !) et nous sommes, enfin je suis plus serein.

Merci Joëlle de n’avoir pas montrer ton inquiétude en même temps que moi !

Comme il ne faut pas perdre la main pour le bricolage, c’est au tour de la pompe des WC de ne plus vouloir faire son travail.

3 démontages, nettoyage et changement de clapets et membrane seront nécessaires.

Des poissons volants atterrissent sur le pont de Kéjadenn et nous les stockons au frigo en attendant de les passer à la poêle. La vie à bord prend son rythme et petit à petit les choses se posent.

Les quarts toutes les 6 heures. Cela nous permet d’avoir une bonne nuit de 6 heures de sommeil (link) et ça compte !

Les repas sont surtout préparés par Joëlle.

et les petits entretiens surtout par moi (voir plus haut !). Pour les réglages de navigation, nous nous partageons les tâches en fonction des quarts.

La pêche n’est pas aussi productive que nous l’espérions. Les poissons sont plus rares ou plus méfiants !?

Équateur passé au petit matin (6h40 UTC) le samedi 21 décembre 2019,

Jusque là nous avons pu profiter de l’alizé du Nord-Est et la moyenne est assez bonne mais un peu moins de 5 nds tout de même !

Quelques grains bien noirs, même la nuit …

… nous ont arrosés copieusement, mais sans nous donner énormément de vent en plus.

Des tentatives de récupération d’eau de pluie (lien) ont été au programme de ces temps humides. Même si nous disposons, au départ, de 400 litres d’eau, il faut penser à l’économiser et donc aussi à profiter des cette manne céleste douce et bien faisante !

La douche (lien) est une activité fréquente dans ces latitudes chaudes ! il nous faut de l’eau de mer ! Il y en a tout plein autour, mais il faut pouvoir remplir le seau (sans arrêter le bateau !!) (Lien)

Ce n’est qu’après avoir passé la ligne que nous touchons des vents de Sud-Sud-Est qui nous obligent à naviguer près du vent. Ce n’est pas notre allure préférée, loin de là ! Le bateau est en permanence penché et il faut se transformer en dahu pour se déplacer !

Le vent a même le toupet de « refuser ». Pour les non initiés, cela veut dire qu’il nous oblige à changer notre cap car il vient de temps en temps exactement de là où nous voulons aller ! Il y a même un moment où nous avons viré de bord pour reprendre la bonne route mais le courant équatorial et le vent changeant nous ont dissuadés de continuer dans cette direction !

C’est donc pendant pas loin de 5 jours que nous avons navigué au près, avec des vents de 20 à 25 nœuds et une mer pas trop courte !

Cela nous nous a pas trop empêché de regarder les nuages,

D’autres activités sont aux programmes de toutes ces journées ….

Elle fait aussi un peu d’entretien et notamment l’étendage de la housse de couette (lien) qui a pris l’eau car l’aération avant tribord fuit quand la vague passe par dessus !

Jusqu’au bout de ce voyage, nous avons eu le vent plutôt Sud que Est et les épisodes moteurs ont été plus nombreux sur la fin…

2 grands dauphins (environ 3.50 m) viennent jouer dans notre étrave, le service d’accueil est vraiment top, nous adorons.

17 jours de traversée et nous amarrons Kéjadenn au ponton visiteurs de la Marina du Terminal de Nautico, au pied de l’Elévador Lacerda, à Salvador de Bahia.

Nous voici donc au Brésil !!! ……..

1ère traversée !

C’est toujours un peu stressant que de commencer une traversée ! même si elle ne dure que quelques jours !

Pour Madère, ou plutôt Porto Santo, nous prévoyons 4 à 5 jours en fonction des conditions de vent et de mer. Les côtes qui disparaissent de notre vue, en dehors de quelques phares, la première nuit et dans le lointain, sont vite remplacées par les silhouettes des cargos, de jour, ou leurs simples feux de navigation, la nuit !

Un début de trajet un peu lent, peu de vent, nous oblige à mettre le moteur assez longtemps pour rejoindre une zone un peu plus ventée. Une mer assez désordonnée nous procure un inconfort important, surtout la nuit ! Le bateau roule dans la houle qui vient de Gibraltar alors que le vent peine à s’établir concrètement.

Puis du vent, enfin, et même pas mal (15 à 20 nœuds) ! Sa direction, Nord à Nord-est, est bonne et nous pousse dans la bonne direction. La mer est toujours un peu hachée et le roulis toujours gênant et fatigant !

Nous croiserons aussi, surtout de nuit, des bateaux de pêche, sur des zone de « hauts fonds ». C’est à dire 80 m ou 100 m de profondeur alors que partout autour, il y a entre 3500 et 4500 m. Et puis comme tout va bien, il faut bien que quelque chose se mette à tourner « ovale » ! Le frigo, encore lui, tourne de plus en plus souvent pour de moins en moins de froid ! Résultat : nos batteries, déjà bien âgées, ne supportent pas ce genre de traitement et s’affaiblissent de plus en plus. Qu’à cela ne tienne, on va les recharger avec le moteur …. Elles sont TOUTES à plat et le moteur refuse de démarrer !

Nous sommes en pleine nuit sans lune et l’électricité du bord est au plus faible ! Nous coupons tout, sauf une loupiotte à la table à carte et le feu de navigation (qui nous signale aux autres navires !). Et puis nous ressortons les bonnes vieilles méthodes de navigation, la carte et l’estime. Pour l’estime nous sommes bien aidés par le GPS de la VHF portable qui est sur piles (il va falloir l’économiser +++). En faisant cela nous nous rendons compte que sur la carte (c’est la même qu’avec Men-Kar !), nous sommes au même endroit à la même date, avec quelques heures de différence et seulement 25 ans d’écart ! On aurait voulu le faire exprès, qu’on y serait pas arrivé !

Et puis après 4 jours à peine, l’île de Porto Santo est apparue devant l’étrave ! Nous avons fait quand même une bonne moyenne et les 5 nœuds sont bien là après quelques pointes à 8 nœuds et quelques « mous » à moins de 3 nœuds !